International

Bataille en Italie autour du Salon du meuble de Milan

0


A Milan, en avril 2019.

Le design, le design, le design, comme on dit en France, la mode, la mode, la mode ! Une fois n’est pas coutume : le célèbre « Salone del mobile » de Milan qui, d’ordinaire, fait l’unanimité de tous de l’autre côté des Alpes, s’est vu au cœur d’une saga médiatique. Cette grand-messe qui réunit chaque année, en avril, toutes les innovations du secteur de l’ameublement et de la décoration a été reportée à l’automne, du 5 au 10 septembre 2021, du fait de la pandémie, après avoir été purement annulée en 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le design italien terrassé par le coronavirus

Mais les avis divergent. D’un côté, il y a ceux qui veulent faire de cette 60e édition un symbole de reprise. Le maire et la région lombarde, pourtant pas du même bord, sont de ceux-là. Avec le gouvernement, qui a promis la présence du président de la République italienne, Sergio Mattarella, à l’ouverture. De l’autre, ceux qui pensent que la tenue de ce salon version allégée, neuf mois avant celui prévu au printemps 2022, est une fausse bonne idée. Car, si les foires en Italie pourront réglementairement s’organiser à partir du 1er juillet (selon la situation sanitaire des régions, susceptible de changer toutes les semaines), les conditions sont loin d’être réunies pour envisager sereinement ce calendrier. En cause notamment, les lenteurs de la campagne vaccinale, en Lombardie particulièrement.

Le pouls du design

Et quid des possibilités de circulation internationale pour un salon de l’équipement de la maison – le plus couru de la planète – qui a attiré 386 236 visiteurs de 180 pays dans la capitale lombarde, en 2019 ? Fervent défenseur d’un événement portant haut les couleurs de l’Italie, le président du salon, Claudio Luti, a finalement jeté l’éponge et démissionné vendredi 22 avril.

Fondé en 1961, le Salon du meuble de Milan n’avait presque jamais connu la crise

Ce responsable, également président de la maison Kartell, a déploré dans un communiqué « un manque de solidarité du secteur face au bien commun ». Certaines entreprises « ayant renoncé à participer au show de septembre, il devenait difficile de créer un événement de qualité, représentant la profession dans son ensemble », de quoi donner un « signe fort de la reprise dans l’univers du meuble et du design, de l’économie italienne et de la société en général », a-t-il regretté.

Fondé en 1961, le Salon du meuble de Milan n’avait presque jamais connu la crise. Parce que, pendant quarante ans, le design italien a régné sur le monde avec des pièces originales sur le plan formel, mais aussi innovantes en matière d’usages et de matériaux, ce salon est devenu – à l’instar de Paris, capitale de la mode – le lieu où bat le pouls du design, là où sont révélées les collaborations entre éditeurs italiens et créateurs internationaux, où entrent dans la lumière de jeunes talents encore inconnus la veille, le tout dans l’effervescence des jours (et des nuits) milanaises.

Il vous reste 59.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Du nouveau dans le différend opposant Walf Tv au consul du Tchad

Previous article

la France veut s’affranchir des Gafam

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.