Justice

Christophe Castaner prône le « front républicain » contre le Rassemblement national, « parti raciste »

0


L’ancien ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, le 9 juin 2020, à Evry.

« Je fais la différence entre des adversaires politiques et des gens qui ne visent pas à soutenir la République et sont plutôt dans un comportement antirépublicain en permanence. »

Le chef de file des députés LRM, Christophe Castaner, a défendu, mercredi 26 mai, sur Franceinfo la stratégie du « front républicain » au second tour des régionales contre le Rassemblement national, qu’il a qualifié de « parti raciste ». « Même si aujourd’hui Marine Le Pen a mis des atours différents, se déguise de façon différente, elle reste ce qu’elle est, celle qui, il y a dix ans, dansait en Autriche avec des nazis », a-t-il dénoncé, en regrettant que, « depuis dix ans, la dédiabolisation engagée par Marine Le Pen a marché ».

« Notre travail à nous, c’est de montrer la réalité de ce qu’est le Front national et que le “ripolinage” de printemps en vue de l’élection présidentielle est une façade qui ne correspond pas à la réalité de ce qu’elle porte », a plaidé l’ancien ministre de l’intérieur. « Il est nécessaire de ne jamais oublier que le Front national est un parti multicondamné, c’est un parti raciste, que c’est un parti qui a été condamné aussi pour antisémitisme et c’est un parti qui, au fond, aujourd’hui, est plus financé par l’étranger et plus dépendant de l’étranger que n’importe quel autre parti dans notre pays », a-t-il accusé.

Après avoir rappelé qu’en 2015 il avait retiré sa liste socialiste en Provence-Alpes-Côte d’Azur au profit de Christian Estrosi pour faire barrage au RN, M. Castaner a estimé que « ce combat-là doit se maintenir et le front républicain doit être ce qui fait la différence entre les partis républicains et les autres ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A un an de l’élection présidentielle, le front républicain contre l’extrême droite est de plus en plus fragilisé

« Ni courage ni honnêteté » pour les partisans du « ni-ni »

« Je pèserai de tout mon poids pour que nous ne nous trompions pas », a insisté l’ancien délégué général de LRM. « Ceux qui plaident chez LR le “ni-ni” [ni Macron ni Le Pen] n’ont ni courage ni honnêteté », a-t-il aussi critiqué.

« Le RN est un parti fondé par les racistes, majoritairement tenu par des racistes et dont la direction est profondément teintée de ces idées racistes », a abondé le député et porte-parole LRM Mounir Mahjoubi devant l’association des journalistes parlementaires. « Est-ce que les électeurs le sont ? Non. Le RN est le parti qui a menti le mieux aux Français en définissant un seul ennemi intérieur qui serait l’étranger qui prend tout », a poursuivi l’ex-secrétaire d’Etat. « Le RN représente pour nous le plus grand risque démocratique dans ce pays. C’est bien notre premier opposant », a-t-il souligné.

Abordant la question de la stratégie des « marcheurs » pour les élections départementales et régionales, M. Mahjoubi a exposé : « Notre stratégie est de les battre. Toujours tout le temps. » « On va voir quels vont être les résultats du premier tour. Ceux avec qui on pense que, sur nos piliers et nos valeurs, on est capables de faire alliance, on fera alliance. Ceux avec qui on pense que ce n’est pas possible et, si le RN représente un danger, on aura la responsabilité de se retirer », avance le député.

Lire aussi A un an de l’élection présidentielle, il faut ranimer le front républicain

Le Monde avec AFP





Source link

Nakodal

Le premier homme vacciné contre le coronavirus est mort

Previous article

La Suisse met fin aux négociations sur ses relations avec l’Union européenne

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Justice