Justice

Condamné à trois ans de prison, Nicolas Sarkozy se défend et se dit victime « d’injustice »

0


L’ancien président, Nicolas Sarkozy, le 1er mars au Palais de justice de Paris.

La politique est ainsi faite que les affaires de justice la concernant ne peuvent rester entre les quatre murs des tribunaux. Vingt-quatre heures après sa condamnation à trois ans de prison dont un an ferme pour « corruption active » et « trafic d’influence » dans l’affaire dite des « écoutes », Nicolas Sarkozy a pris la parole dans les colonnes du Figaro pour se défendre.

Après la riposte judiciaire avec l’appel du jugement annoncé dès lundi 1er mars par son avocate Me Jacqueline Laffont, c’est donc maintenant le moment de la défense devant l’opinion publique. Une salve en deux temps : après Le Figaro, Nicolas Sarkozy ira exposer son point de vue sur la situation au journal télévisé de TF1 mercredi. « Une expression plus personnelle » où l’ancien président de la République communique « son ressenti » après la « réponse technique », explique son entourage.

Lire aussi Nicolas Sarkozy dans le piège de la surenchère

L’entretien commence d’ailleurs immédiatement par un Nicolas Sarkozy qui réaffirme son innocence et dit avoir « ressenti l’injustice profonde, choquante, des procédures lancées » contre lui depuis dix ans.

« J’ai aussi conservé ma détermination pour que triomphent le droit et la justice, comme cela devrait se produire dans un Etat de droit », ajoute l’ancien chef de l’Etat, qui se dit ainsi capable d’aller plus loin que la simple justice française pour obtenir gain de cause. « J’ai fait appel de la décision, peut-être faudra-t-il que ce combat s’achève devant la Cour européenne des droits de l’homme [CEDH], avance-t-il. Ce serait pour moi une souffrance que d’avoir à faire condamner mon propre pays, mais j’y suis prêt car ce serait le prix de la démocratie. »

« Destructeur pour notre démocratie »

Conscient du danger qui consisterait à attaquer trop frontalement l’institution judiciaire à une époque de défiance contre les politiques, Nicolas Sarkozy évite de la mettre directement en cause. Interrogé sur un caractère potentiellement politique du procès maintes fois soulevé par ses soutiens, il a répondu ne pas vouloir « réduire cette affaire à un combat politique ». Ce serait, pour lui, « destructeur pour notre démocratie ». Ses équipes insistent d’ailleurs : « Ce n’est pas un mano à mano avec le Parquet national financier [PNF]. »

Trop vif est peut-être encore à droite le souvenir d’un François Fillon fustigeant « un coup d’Etat institutionnel » après sa mise en cause dans l’affaire Penelope. Une réaction qui avait donné du parti Les Républicains l’image d’une formation populiste, hostile à la justice. L’ancien locataire de l’Elysée dit d’ailleurs « réfuter » l’expression « république des juges ».

Il vous reste 57.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

un redoutable adversaire à portée de fusil

Previous article

Le président Joe Biden retire la nomination de Neera Tanden face à l’opposition du Sénat

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Justice