International

la gauche et les écologistes en rang dispersé en Auvergne-Rhône-Alpes

0


La réunion a duré moins d’une heure, dans la soirée du vendredi 12 mars, pour aboutir à une impasse. Aucun accord, pas d’avancée. L’union entre les écologistes et les forces de gauche ne se fera sans doute pas avant le premier tour des élections régionales, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. A la différence des Hauts-de-France, la deuxième région de France connaît un paysage politique fractionné à gauche. A moins d’un rebondissement de dernière minute, le pôle écologiste (Europe Ecologie-Les Verts, Génération Ecologie, Génération. s), le Parti socialiste (PS) et le binôme Parti communiste français-La France insoumise (PCF-LFI) présenteront des listes séparées pour défier le président sortant, Laurent Wauquiez (Les Républicains). Le député Bruno Bonnell a déclaré sa candidature pour représenter les listes de La République en marche et le Rassemblement national a désigné comme chef de file l’ancien « insoumis » Andréa Kotarac.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans les Hauts-de-France, l’alliance tactique de gauches dissemblables

« Depuis deux mois, nous étions engagés dans une démarche sincère de l’union de toutes les forces progressistes, conscients qu’il fallait un élan nouveau pour renverser la gestion autocratique de Laurent Wauquiez. A l’inverse, nos partenaires n’ont cessé de poser des conditions. On a l’impression d’avoir été baladés », réagit Olivier Bianchi. En sortant de l’ultime round de négociations, le maire (PS) de Clermont-Ferrand fait le constat d’un échec, après trois mois de discussions permanentes.

« On voulait un rassemblement, on nous a intimé l’ordre d’un ralliement », poursuit l’élu socialiste, membre de la direction nationale du parti. La formule est assez cinglante pour signifier que la rupture est consommée. Le PS s’apprête à partir en campagne. Jusqu’à présent très discrète, pour ne pas donner l’impression de s’imposer, Najat Vallaud-Belkacem devrait rapidement annoncer officiellement sa candidature comme tête de liste du PS.

Projet « Coquelicot »

Les socialistes sont d’autant plus amers qu’ils avaient proposé que l’ancienne ministre de l’éducation puisse s’effacer derrière une tête de liste écologiste, en échange d’une présence plus forte dans le reste de l’exécutif régional. « Une répartition égalitaire, conforme aux forces en présence », assure un négociateur du PS. « Nous étions prêts à discuter d’une tête de liste écologiste, pour construire ensemble une gouvernance équilibrée, sans faire de préalable », rappelle Jean-François Debat, maire (PS) de Bourg-en-Bresse.

Convaincus d’un niveau électoral supérieur depuis les européennes et leurs succès municipaux, les écologistes ont proposé une autre forme de gouvernance, composée du pôle écologiste, d’EELV, du PS, du PCF avec LFI, en ajoutant un pôle de citoyens issus de la société civile, sans étiquette. Un projet baptisé « Coquelicot », pour ses cinq pétales. Les socialistes n’ont pas eu l’impression qu’on leur faisait une fleur.

Il vous reste 36.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Attrait à la barre pour escroquerie foncière à Sendou : Il avait vendu des terrains litigieux à 6 personnes à 20 millions

Previous article

Le retard de livraison d’AstraZeneca pourrait ralentir les vaccinations

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *