International

l’Australie demande à Bruxelles de débloquer quelque 3 millions de vaccins

0


Le gouvernement australien a déclaré, mercredi 7 avril, avoir demandé à l’Union européenne (UE) de débloquer quelque 3 millions de vaccins contre le coronavirus produits par AstraZeneca, mettant à l’épreuve les propos de Bruxelles affirmant ne pas empêcher les exportations des doses, alors que l’Australie peine à faire avancer sa campagne de vaccination.

L’Europe aussi enchaîne les déconvenues, avec des campagnes de vaccination qui peinent à monter en puissance : aucun des 27 pays de l’UE n’a atteint fin mars l’objectif de vacciner 80 % des personnes de plus de 80 ans, selon la Commission. Mais l’accélération des livraisons au deuxième trimestre permettra à l’UE d’atteindre « l’immunité collective » cet été, a affirmé l’exécutif européen. Face à la main basse des pays riches sur les vaccins contre le coronavirus, Amnesty International a appelé la communauté internationale à corriger le tir « immédiatement ».

  • L’Australie appelle l’UE à livrer des vaccins

L’UE a démenti mardi bloquer la livraison des vaccins d’AstraZeneca à l’Australie, disant que le bloc communautaire n’était pas responsable des manquements du laboratoire anglo-suédois aux engagements pris avec des pays tiers. Cette querelle entre Canberra et Bruxelles illustre la pénurie massive de vaccins d’AstraZeneca à travers l’Europe et l’incidence des restrictions sur les exportations pour les pays ayant commandé des doses par anticipation.

Devant un centre de vaccination Covid-19, à Melbourne, le 31 mars.

Le premier ministre australien a déclaré que l’UE avait demandé à l’Australie de retirer sa demande de permis d’exportation des vaccins d’AstraZeneca, ajoutant que des lettres envoyées pour réclamer les doses attendues étaient restées sans réponse. Si l’Europe se montre désormais prête à débloquer la livraison, a poursuivi Scott Morrison, le gouvernement australien va de nouveau demander que les 3,1 millions de doses attendues par l’Australie soient livrées.

Alors que ces doses devaient initialement parvenir d’ici à fin mars, Canberra impute à ce report le retard pris par la campagne de vaccination en Australie. « Nous voulons évidemment ces millions de doses », a dit Scott Morrison devant les journalistes depuis la capitale. Il a ajouté, citant le dernier communiqué à date de Bruxelles, qu’il ne semblait pas y avoir d’« obstruction ». En mars, à la demande de l’Italie, l’UE avait bloqué l’exportation à l’Australie de 250 000 doses du vaccin d’AstraZeneca, citant la pénurie en Europe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Vingt-Sept durcissent le contrôle des exportations de vaccins hors UE
  • Amnesty réagit face au « quasi-monopole » des pays riches

Face à la main basse des pays riches sur les vaccins contre le coronavirus, Amnesty International a appelé mercredi la communauté internationale à corriger le tir « immédiatement », s’inquiétant des conséquences de l’échec de la capacité du monde à coopérer. Dans son rapport 2020/2021, l’ONG de défense des droits humains dresse un bilan sévère d’une année chamboulée par la pandémie de Covid-19. Le chacun pour soi généralisé pénalisant les plus fragiles et aggravant les inégalités mais aussi accentuation de la répression dans certains pays sous des motifs sanitaires.

« La pandémie a jeté une lumière crue sur l’incapacité du monde à coopérer de manière efficace et équitable », a souligné en préambule la Française Agnès Callamard, nommé fin mars secrétaire générale de l’organisation. « Les pays les plus riches ont établi un quasi-monopole sur les approvisionnements en vaccins dans le monde, laissant les pays avec le moins de ressources confrontés aux pires conséquences en matière de santé et de droits humains, et donc aux perturbations économiques et sociales les plus longues », a-t-elle ajouté.

La moitié des quelque 680 millions de doses administrées dans le monde l’ont été dans des pays à « revenu élevé » au sens de la Banque mondiale (16 % de la population mondiale), tandis que les pays à « faible revenu » (9 % de l’humanité) ne concentrent que 0,1 % des doses injectées, selon un comptage réalisé mardi par l’Agence France-Presse à partir de données officielles.

Le Monde avec AFP et Reuters



Source link

Nakodal

face à des collégiens, Emmanuel Macron confirme un après-confinement mi-mai

Previous article

la réclusion à perpétuité requise contre trois accusés

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *