International

Le Royaume-Uni accuse la Chine de « violation » de ses engagements sur Hongkong

0


Les drapeaux chinois et hongkongais pliés jeudi 11 mars devant le Conseil législatif de Hongkong.

Londres a dénoncé samedi 14 mars « la décision de Pékin d’imposer des changements radicaux pour réduire la participation au système électoral de Hongkong », y voyant « une nouvelle violation » de la déclaration conjointe qu’ils ont signée sur l’ex-territoire britannique. Dans un communiqué, le ministre des affaires étrangères britannique, Dominic Raab, appelle Pékin à respecter « ses obligations légales et les droits et libertés fondamentales ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Relations entre le Royaume-Uni et la Chine : de l’« âge d’or » au refroidissement

Les autorités chinoises veulent imposer une réforme électorale à Hongkong, qui leur permettrait de facto d’avoir un droit de veto sur les candidats favorables à l’opposition prodémocratie. Le Parlement chinois a approuvé jeudi à la quasi-unanimité un « projet de décision sur l’amélioration du système électoral » dans l’ancienne colonie britannique, malgré les avertissements des capitales occidentales.

Le G7 dénonce une « oppression injustifiée »

Les grandes puissances du G7 ont accusé vendredi la Chine d’« étouffer le pluralisme politique » à Hongkong et ont appelé Pékin à « mettre fin à l’oppression injustifiée » dans le territoire, après une vague d’arrestations de militants prodémocratie. Les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni ont signé un communiqué commun.

Visée par les critiques occidentales, la Chine a justifié son projet en le présentant comme un deuxième « coup de poing » nécessaire pour « enrayer efficacement le chaos » à Hongkong, après la loi controversée sur la sécurité nationale de l’an dernier. Cette loi destinée à reprendre en main le territoire semi-autonome et à mettre fin aux manifestations prodémocratie avait déjà suscité une vague de sanctions occidentales et la condamnation du G7.

Le Monde avec AFP et Reuters



Source link

Nakodal

Manifestants tués au Sénégal, Human Rights Watch s’immisce dans le dossier

Previous article

Noël Le Graët, réélu jusqu’en 2024 à la tête de la FFF, prolonge son duo avec Didier Deschamps

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.