Justice

Monaco retrouve la Ligue des champions, Nantes en barrages pour sauver sa tête

0


C’est l’heure des célébrations, ou des regrets. La Ligue 1 a livré, dimanche 23 mai, au terme de la 38e et dernière journée, le verdict d’une saison marquée jusqu’au bout par un intense suspense à tous les étages.

Si Lille a résisté à la pression pour aller décrocher, à la barbe du PSG, un mérité quatrième titre de champion de France, il y avait également une lutte féroce pour les juteuses places en Ligue des champions, que Lyon voit filer notamment au profit de Monaco.

Lire aussi Ligue 1 : le PSG conclut une saison en demi-teinte

Marseille et Rennes décrochent leur billet pour la moins prestigieuse C3. Et en bas de tableau, Nantes n’a pas réussi à aller au bout de sa remontée fantastique pour s’éviter un dangereux barrage vers la Ligue 2.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ligue 1 : Le LOSC et le public à Lille, une histoire d’idylles
  • Monaco en Ligue des champions

L’attaquant monégasque Wissam Ben Yedder n’a pas marqué contre Lens, au stade Louis II, le 23  mai 2021, mais l’ASM se qualifie néanmoins pour la Ligue des champions.

Frustré mais qualifié : Monaco n’a jamais réussi à marquer mais son match nul à Lens (0-0), l’envoie, malgré tout, en Ligue des champions, quatre ans après sa dernière qualification en C1. Les Monégasques regarderont attentivement, mercredi, la finale de la Ligue Europa entre Manchester United et Villarreal puisque si les Anglais l’emportent, l’ASM jouera la Ligue des champions directement en phase de groupes.

Nantis d’un seul point d’avance sur leur rival lyonnais dans la course à la troisième place, les Monégasques ont profité de la défaite surprise de l’OL à domicile contre Nice (2-3) mais n’ont jamais pu croire à un hypothétique titre, qui aurait nécessité que Lille et Paris ne gagnent pas.

Obligé de l’emporter pour ne pas dépendre du résultat de Lyon, Monaco a immédiatement mis la pression. Un long temps fort débuté par un coup franc propulsé dans les filets par la tête de Benoît Badiashile, but refusé pour hors-jeu (9e). Par la suite, l’armada offensive monégasque – qui avait marqué lors de ses dix derniers matchs de championnat – composée notamment de Ben Yedder, Volland, Golovin et Gelson Martins n’a jamais réussi à tromper le gardien lensois Jean-Louis Leca. Sans conséquence finalement puisque, dans le même temps, Lyon craquait complètement.

« C’est une saison accomplie malgré la finale de Coupe [de France] perdue contre Paris, a apprécié le capitaine monégasque Wissam Ben Yedder. Je pense que c’est mérité. On a eu des moments forts, où on était impressionnants, on a été costauds, solidaires, unis. »

  • Lyon se contente de la Ligue Europa, Garcia annonce son départ

La satisfaction monégasque contraste avec la frustration des Lyonnais, battus à domicile par Nice malgré les encouragements très audibles de plusieurs centaines de supporters rassemblés à l’extérieur du stade faisant fi du couvre-feu. La désillusion est énorme pour l’OL qui menait 2-1 à la mi-temps grâce à un doublé de Karl Toko-Ekambi, avant d’encaisser deux buts fatals en seconde période.

L’entraîneur Rudi Garcia avait toujours parié, comme le président Jean-Michel Aulas, sur un faux pas du club de la Principauté avant la fin de la compétition mais ce sont ses joueurs qui ont totalement failli, en raison de la faiblesse de leur défense. Après avoir a concédé au moins un but sur chacun de ses sept derniers matches, elle a cette fois craqué trois fois. Pour la deuxième année consécutive, les Lyonnais regarderont donc la Ligue des champions à la télévision.

En fin de contrat, Rudi Garcia a confirmé, après la défaite, son départ de Lyon qui termine donc 4e et jouera la Ligue Europa, sans lui, la saison prochaine.

« Je voulais quitter le club en le laissant en Ligue des champions. Et ce n’est pas le cas », a dit en conférence de presse le technicien arrivé à l’OL en octobre 2019. « Je vois mon président lundi mais il y a bien longtemps que j’ai décidé que je ne continuais pas. Si le président n’a rien à me proposer, on en reste là et s’il me propose quelque chose, je ne suis pas candidat à ma propre succession », a ajouté Garcia.

Rudi Garcia a disputé face à Nice, le 23 mai 2021 à Lyon, son dernier match sur le banc de l’OL.

L’OL savait déjà qu’il ne pourra plus compter sur son attaquant néerlandais Memphis Depay, qui a annoncé son départ vendredi finissant son bail rhodanien avec 177 matches officiels, 76 buts et 54 passes décisives, dont deux dimanche soir. Cela ressemble à un nouveau départ du côté lyonnais.

  • Marseille et Rennes en Coupe d’Europe

Marseille a conservé sa cinquième place et le ticket pour la Ligue Europa qui va grâce au match nul (1-1) ramené de Metz au bout de 14 minutes de temps additionnel ! L’OM voulait « sauver les meubles », selon l’expression de son capitaine Steve Mandanda, au bout d’une saison extrêmement chaotique.

Seul un improbable scénario aurait pu priver l’OM de cette place européenne. Il n’a pas eu lieu mais la fin de ce match entre Metz et Marseille aura tout de même eu du sel avec deux penaltys accordés par la VAR, – un pour chaque équipe –, et une égalisation obtenue par Milik à la 14e minute du temps additionnel, peu après l’ouverture du score signée Boulaya (90+7).

Au bout du compte, l’OM finit donc la saison 5e et jouera la saison prochaine les poules de la Ligue Europa. Ça n’était pas l’objectif de départ, et l’effectif olympien la saison prochaine n’aura probablement rien à voir avec celui vu dimanche à Saint-Symphorien.

« Sincèrement depuis mon arrivée et sur ce que j’ai vu, l’objectif de la qualification européenne paraissait lointain, a analysé l’entraîneur argentin de l’OM Jorge Sampaoli. On est donc heureux d’être qualifié et on est rempli d’enthousiasme pour la saison prochaine. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec Jorge Sampaoli, l’Olympique de Marseille veut tenter de ranimer la flamme

Le dernier billet européen en jeu, celui pour les tours préliminaires de la mystérieuse Ligue Europa Conference, a lui changé de main. Septième au coup d’envoi, Rennes a en effet coupé la ligne en sixième position grâce à son succès 2-0 contre Nîmes, – relégué et résigné –, preuve d’un joli rebond des Bretons depuis le remplacement sur le banc de Julien Stephan par Bruno Genesio. Ce résultat, couplé au match nul entre Lens et Monaco, leur permet de passer les Lensois sur le fil, et de s’inviter de nouveau dans la cour européenne après un passage cette année en Ligue des champions.

« Le plus gros du travail a été fait au niveau mental, a déclaré Bruno Genesio. Le club s’installe dans le haut de tableau, dans les grands clubs français. Quand on a la régularité sportive, c’est que des bonnes choses sont en place. »

Le RC Lens, qui restait sur trois défaites avant son résultat nul insuffisant contre Monaco, finit à bout de souffle. Il lui manquera la récompense européenne, mais la saison du promu a été belle et encourageante.

  • Nantes en barrages contre Toulouse

Le Nantais Pedro Chirivella est abattu après la défaite à domicile face à Montpellier, qui envoie le FCN en barrages, le 23 mai 2021.

Le spectaculaire rebond des dernières semaines n’aura pas suffi : battu par le Montpellier (2-1), Nantes devra batailler la semaine prochaine contre Toulouse pour tenter de se maintenir en Ligue 1, et ne pas accompagner Dijon et Nîmes, déjà condamnés à la relégation.

« Il faut se remettre les têtes à l’endroit car deux gros matches nous attendent. Les barrages, c’est une autre histoire », s’est projeté dès la fin de la rencontre l’entraîneur nantais Antone Kombouaré

Lire aussi Ligue 1 : Raymond Domenech limogé par le FC Nantes, remplacé par Antoine Kombouaré

Après une saison en forme de chemin de croix, avec quatre entraîneurs successifs et un président de plus en plus isolé, les Nantais avaient réussi à se reprendre en alignant quatre victoires d’affilée lors de leurs derniers matches, souvent même avec la manière. Mais ils ont buté sur une équipe de Montpellier décidée à vendre chèrement sa peau. Comme un pied de nez du destin : en 2008 puis en 2013, l’entraîneur montpellierain Michel Der Zakararian, qui avait été formé au club et y avait fait ses débuts, a par deux fois remonté Nantes de L2 avant de partir, en froid avec le président Waldemar Kita.

En danger depuis des mois, Lorient et Strasbourg ont pour leur part assuré leur maintien en se partageant les points (1-1) tandis que Brest, en chute libre ces dernières semaines et battu par Paris (0-2), profite de la déconvenue nantaise. Bordeaux, en danger également après une saison laborieuse, termine sur une note positive avec sa victoire à Reims (2-1).

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

« Le fait d’espérer qu’instaurer des quotas dans les grandes entreprises aura un effet sur les strates inférieures est erroné »

Previous article

le PSG conclut une saison en demi-teinte

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Justice