International

Noël Le Graët, réélu jusqu’en 2024 à la tête de la FFF, prolonge son duo avec Didier Deschamps

0


Noël Le Graët a été réélu samedi 13 mars président de la Fédération française de football (FFF) avec 73,02 % des suffrages face à Frédéric Thiriez (25,11 %) et Michel Moulin (1,87 %).

A 79 ans, Noël Le Graët garde la mainmise sur la Fédération française de football (FFF). Réélu avec 73,02 % des suffrages face à Frédéric Thiriez (25,11 %) et Michel Moulin (1,87 %), samedi 13 mars, le président de la plus puissante organisation sportive du pays (2,1 millions de licences la saison passée) repart pour un quatrième mandat jusqu’à l’été 2024, année de l’Euro en Allemagne et des Jeux olympiques à Paris.

Sans se projeter aussi loin, Didier Deschamps peut déjà se satisfaire de la situation à moyen terme. Le sélectionneur des Bleus, sous contrat jusqu’au Mondial 2022 au Qatar, avait ouvertement fait campagne pour M. Le Graët. Comme lors de la précédente réélection du président, en 2017.

Lire aussi Didier Deschamps, un sélectionneur en campagne

« J’ai toujours estimé que le couple président-entraîneur doit fonctionner harmonieusement », expliquait ainsi le quinquagénaire au Monde, en janvier, faisant fi du devoir de réserve auxquels s’astreignaient les autres salariés de la fédération.

De fait, les années du président Le Graët sont aussi celles du sélectionneur Deschamps. Dès l’été 2012, en poste depuis un an, le premier installait le second à la place de Laurent Blanc, dont le contrat s’était achevé, cette année-là, par un quart de finale à l’Euro.

Depuis ? Un quart de finale au Mondial brésilien de 2014, pour commencer. Puis une finale de l’Euro 2016, à domicile. Avant le Graal : ce titre de champion du monde, sur le sol russe, en 2018, huit ans après le traumatisme du Mondial catastrophique en Afrique du Sud.

« Nous avons encore de belles conquêtes à préparer »

Et ce n’est pas fini, promet Didier Deschamps, avec en tête l’Euro reporté à l’été 2021, puis le Mondial 2022 : « Avec Noël Le Graët, nous avons encore de belles conquêtes à préparer et à partager. Regardez dans quelle situation se trouvait la FFF au début de sa présidence et ce qu’elle est aujourd’hui. »

Les deux hommes se connaissent depuis longtemps, du temps où Deschamps, capitaine de l’équipe de France, négociait les primes de ses coéquipiers avec Noël Le Graët, alors président de la Ligue de football professionnel (de 1991 à 2000).

Pour autant, d’après nos informations, le Breton a d’abord différé l’arrivée du Basque à la tête des Bleus. En 2008, alors vice-président chargé des affaires économiques, Noël Le Graët avait plutôt plaidé pour conserver Raymond Domenech – pour le résultat calamiteux que l’on sait, deux ans plus tard, avec cette élimination dès le premier tour du Mondial 2010.

Il vous reste 53.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Le Royaume-Uni accuse la Chine de « violation » de ses engagements sur Hongkong

Previous article

la « jolie môme » racontée tout en humour et élégance

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.