International

pharmaciens, infirmiers et sages-femmes sont officiellement autorisés à vacciner

0


Fidèle à sa stratégie visant à « gagner du temps », le gouvernement veut une vaccination plus rapide pour espérer un début de retour à la normale dès la « mi-avril ». C’est la raison pour laquelle un décret a été publié au Journal officiel, vendredi 5 mars, qui permet aux pharmaciens et aux sages-femmes de prescrire et d’injecter les vaccins contre le Covid-19 ; de même, les infirmiers peuvent désormais vacciner sans qu’un médecin soit systématiquement présent. Jeudi soir lors d’une conférence de presse, le premier ministre, Jean Castex, avait évoqué une date ultérieure, le 15 mars, pour le début de la vaccination dans les officines.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : Jean Castex exhorte à « tenir » et laisse entrevoir la « fin du tunnel », après presque un an de restrictions

La vaccination reste réservée en priorité aux personnes de plus de 75 ans, de plus de 50 ans souffrant de comorbidités, et aux adultes à très haut risque, mais le décret prévoit que les pharmaciens peuvent « prescrire les vaccins (…) à toute personne », sauf à celles « présentant un trouble de l’hémostase » et aux femmes enceintes. Ces dernières doivent passer par les sages-femmes, qui pourront également prescrire un vaccin à « l’entourage » des parturientes et du nouveau-né.

Ces professionnels de santé peuvent aussi « administrer les vaccins (…) à toute personne », sauf à celles « ayant des antécédents de réaction anaphylactique », soit à « un des composants de ces vaccins », soit « lors de la première injection ».

Une condition reprise à l’identique pour les infirmiers, qui peuvent utiliser sans supervision les vaccins à vecteur viral, comme celui d’AstraZeneca, mais doivent s’assurer « qu’un médecin puisse intervenir à tout moment » pour ceux à ARN messager, comme ceux de Pfizer ou de Moderna.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour contenir l’épidémie de Covid-19, le gouvernement fait le pari d’une vaccination de plus en plus rapide
  • « Possibilité de démarrer dès à présent »

« Les pharmaciens et les sages-femmes peuvent vacciner depuis aujourd’hui (…) avec les vaccins AstraZeneca, qui sont disponibles », a affirmé le ministre de la santé, Olivier Véran, vendredi sur RMC et BFM-TV. La veille, M. Castex, avait annoncé que la vaccination en pharmacie débuterait « à compter de la semaine du 15 mars », pour « les personnes ayant plus de 50 ans et présentant une comorbidité ».

« Maintenant, il faut qu’on assure toute la sécurité autour de cet acte », précise au Monde Yves Bonnefond, le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine. « On va organiser une mini-formation dimanche avec tous les pharmaciens, pour savoir comment on prélève des doses – ce qui demande quelques précautions – et pour établir les critères de sélection des patients. Si on peut démarrer dès ce lundi, ça ne nous pose pas de problème », poursuit M. Bonnefond, qui ajoute qu’une réunion est prévue « ce soir » avec le ministère de la santé.

Lire aussi Covid-19 : la HAS propose que les pharmaciens puissent administrer tous les vaccins
  • Les résidants d’Ehpad « pourront sortir s’ils sont vaccinés »

Vendredi matin, M. Véran a aussi ouvert une perspective pour les résidants des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ils « vont pouvoir sortir s’ils sont vaccinés, avec au moins quinze jours de recul après la deuxième injection », a-t-il précisé sur RMC et BFM-TV.

« C’est ce que nous a demandé le Conseil d’Etat », a-t-il rappelé, deux jours après que la plus haute juridiction administrative du pays a suspendu l’interdiction en vigueur depuis plusieurs mois, jugée « disproportionnée » à l’aune des 80 % de résidants désormais vaccinés avec au moins une dose contre le Covid-19.

Le ministre a ajouté avoir auparavant saisi le Haut Conseil de santé publique (HCSP), qui l’a également « encouragé » à assouplir cette recommandation, « donc nous [leur] rendons progressivement la liberté ».

Mais « il nous manque encore des soignants dans les Ehpad que nous devons vacciner pour vraiment les protéger », a rappelé M. Véran. A ce jour, 43 % des personnels des maisons de retraite ont reçu au moins une dose de sérum, selon Santé publique France. Jeudi soir, le premier ministre les a appelés « solennellement » à se faire vacciner « très rapidement » pour permettre le retour d’une « vie sociale apaisée » dans ces établissements et un assouplissement « du droit de visite pour les familles ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : après deux mois de vaccination, la mortalité en baisse dans les Ehpad

Notre sélection d’articles sur le Covid-19

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

Le gouverneur de Dakar prend une nouvelle décision (document)

Previous article

La Chine, un empire à l’assaut du droit de la mer

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.