International

premier week-end confiné dans le Pas-de-Calais, les quais de Seine évacués à Paris

0


De nombreux centres de vaccination sont restés ouverts à la demande du gouvernement, samedi 6 mars en France, pour accélérer la lutte contre le Covid-19. Le premier ministre, Jean Castex, a fixé comme objectif de fournir une première injection à au moins 10 millions de personnes d’ici au 15 avril. L’agence Santé publique France établissait, samedi en fin d’après-midi, que près de 3,6 millions de Français avaient eu accès à une première dose.

L’intensification de la campagne de vaccination intervient alors que la pression hospitalière causée par l’épidémie due au coronavirus reste forte en France, où 149 307 cas ont été détectés et près de 3 700 malades du Covid-19 étaient hospitalisés en service de réanimation durant la dernière semaine de février.

Le gouvernement a annoncé, jeudi 4 mars, de nouvelles restrictions dans vingt-trois départements « sous surveillance renforcée », misant sur l’extension des mesures localisées déjà en vigueur dans les agglomérations de Dunkerque et Nice. Le département du Pas-de-Calais a ainsi commencé, samedi à 6 heures, son premier week-end de confinement. Plusieurs préfectures ont aussi annoncé interdire la consommation d’alcool en centre-ville. C’est notamment le cas à Paris et à Bordeaux.

Lire aussi : Les pics de pollution de l’air aux particules fines soupçonnés de faire augmenter les contaminations

Deux millions de personnes confinées dans le Pas-de-Calais

Dans le département des Hauts-de-France, deux millions de personnes sont contraintes, samedi et dimanche, de remplir une attestation dérogatoire pour tout déplacement et ne pas sortir plus d’une heure dans une limite de 5 kilomètres autour du domicile sans motif impérieux. Les commerces non essentiels de 5 000 m² ou plus de surface utile ont été fermés par arrêté préfectoral.

L’exécutif justifie la mesure par la forte tension sur les capacités hospitalières, remplies à 90 %, selon le préfet du département, et la prévalence du variant du virus observé au Royaume-Uni, plus contagieux et détecté dans plus de deux tiers des cas sur le territoire.

Dans le même temps, le Pas-de-Calais ouvre de nouveaux centres de vaccination ce week-end, avec 7 000 doses du vaccin de Pfizer et 3 500 doses de celui d’AstraZeneca à administrer, comme à Lens. « Hier soir [vendredi], c’était la panique, nous n’avions qu’un inscrit pour 1 800 doses. Depuis ça s’est rempli et les doses devraient être écoulées », a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) un représentant de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin.

Les quais de Seine évacués à Paris

La police a évacué en milieu d’après-midi, samedi, les quais de Seine à Paris pour disperser les petits groupes présents le long du fleuve. Une opération identique a été menée la semaine dernière, mais la police était intervenue peu avant le couvre-feu de 18 heures.

Pour ce week-end, la Préfecture de police de Paris a interdit la consommation d’alcool sur les quais de Seine et les rives du canal Saint-Martin de 11 heures à 18 heures, ainsi que dans plusieurs autres lieux de la capitale.

En début de matinée, lors de la présentation de l’opération de vaccination massive durant le week-end, le préfet de police, Didier Lallement, avait prévenu que, s’il constatait dans des manifestations ou des rassemblements un non-respect des gestes barrières, il interviendrait pour y mettre fin. La ville de Paris et la région Ile-de-France ne sont pas concernées par les mesures de confinement le week-end, mais elles restent inscrites dans la catégorie des départements « sous surveillance renforcée » par le gouvernement.

Une première dose pour près de 3,6 millions de Français

L’exécutif insiste sur l’accélération de la vaccination, avec pour objectif 10 millions de premières injections à la mi-avril, 20 millions à la mi-mai et 30 millions cet été. Selon un bilan communiqué samedi en fin de journée, près de 3,6 millions de Français ont reçu au moins une dose.

A la date de jeudi, c’était le cas de 5,1 % de la population française. Les chiffres sont bas dans certains des 23 départements « sous surveillance renforcée » : 2,8 % en Seine-Saint-Denis, 3 % en Seine-et-Marne, 4,1 % dans le Pas-de-Calais ou encore 4,4 % dans le Rhône.

Lire aussi : L’Elysée réfléchit à une vaccination obligatoire des soignants

L’ordre des médecins a rappelé à « tous les soignants » qu’il était « urgent » de se faire vacciner, par « devoir d’exemplarité » et « exigence éthique ». Seuls 30 % d’entre eux l’ont été jusqu’à présent, un niveau jugé très insuffisant par le gouvernement.

Notre sélection d’articles sur le Covid-19

Le Monde avec AFP





Source link

Nakodal

Macky Sall sort du silence sur les réseaux sociaux… et esquive complètement les manifestations au Sénégal

Previous article

Au Maroc, l’historien Maati Monjib entame une grève de la faim en prison

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *