International

Roselyne Bachelot juge « inutile » et « dangereuse » l’occupation des théâtres

0


La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, le 22 octobre 2020, à Paris.

La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a jugé, mercredi 10 mars, « inutile » et « dangereuse » l’occupation des théâtres pour réclamer la réouverture des lieux culturels. Ce « n’est pas le bon moyen, c’est inutile (…). Ces manœuvres sont dangereuses » et menacent « des lieux patrimoniaux fragiles », a déclaré la ministre à l’Assemblée nationale à l’occasion des questions d’actualité au gouvernement.

L’occupation de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, à Paris, la semaine dernière a enclenché un mouvement qui se poursuit, suivi notamment par deux autres théâtres nationaux, la Colline, dans l’Est parisien, et le Théâtre national de Strasbourg (TNS).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Situation tendue au Théâtre de l’Odéon, occupé par des intermittents

En plus de la réouverture des lieux culturels dans le respect des consignes sanitaires, les manifestants réclament entre autres une prolongation de l’année blanche pour les intermittents et son élargissement à tous les travailleurs précaires et saisonniers.

Mme Bachelot a réaffirmé le soutien du gouvernement au monde de la culture, très fortement touché par la crise sanitaire : « C’est une spécificité de la France, dans aucun pays du monde on ne soutient la culture comme on la soutient dans notre pays. » 

« Dis, quand rouvriras-tu ? »

« Nous travaillons à maintenir les droits des intermittents. En aucune façon nous ne reviendrons sur les droits des intermittents, nous les protégerons », a-t-elle ajouté. Et de préciser que le gouvernement travaille « à améliorer les dispositions en particulier avec les primo-entrants, car il faut protéger les jeunes dans la culture ». La ministre a aussi évoqué une réunion jeudi avec le premier ministre, Jean Castex, et des « annonces substantielles à faire pour ce monde de la culture que nous voulons protéger ».

Le directeur de la Colline, le metteur en scène et dramaturge Wajdi Mouawad, a apporté son soutien au mouvement de protestation dans un communiqué mercredi : « La Colline appuie, dans le dialogue et la confiance, le geste des étudiants qui ont investi son espace. Ils sont ici chez eux. Notre devoir est d’être à leur écoute, de les comprendre et de les encourager dans la démarche de leur pensée », a-t-il dit, précisant que le théâtre allait relayer leurs messages et les accueillerait « jusqu’à la fin de leur geste ».

Lire le récit : Roselyne Bachelot « à l’écoute » d’une culture en mal d’ouverture

Depuis mardi, des étudiants du Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSAD), de l’Ecole supérieure d’art dramatique (ESAD) et du Studio ESCA (Ecole supérieure de comédiens par l’alternance) manifestent devant le théâtre parisien et une trentaine d’entre eux se trouvent à l’intérieur.

A Bordeaux, les étudiants de l’Ecole supérieure du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine ont organisé mercredi un rassemblement de soutien devant le Grand Théâtre de Bordeaux, portant une banderole sur laquelle on pouvait lire « Dis, quand rouvriras-tu ? ».

La CGT-Spectacle a affirmé mercredi également qu’elle appuyait les actions dans tous ces théâtres, ainsi que celles à Espaces pluriels (à Pau), l’Equinoxe (à Châteauroux) et le Théâtre Graslin (à Nantes), appelant au « soutien le plus large de toutes ces actions en cours et à venir ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les contradictions de Roselyne Bachelot sont révélées par le Covid-19 »

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

Un homme débarque avec son arme pour déloger la tente avant d’être arrêté

Previous article

le plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden adopté par le Congrès

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *