Uncategorized

Série de violences dans le pays : La Cnts-Fc invite les manifestants à cesser le pillage des biens et services

0


La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/­Forces du changement (Cnts-Fc) appelle à l’arrêt du pillage des biens et des services publics ou privés. Dans un communiqué, la Cnts-Fc demande aux manifestants d’exprimer de manière pacifique leur sentiment.

Le secrétaire général Cheikh Diop et ses camarades de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement (Cnts-Fc) s’inscrivent dans la même dynamique que le Syndicat national des travailleurs du pétrole et gaz du Sénégal, qui a sonné l’alerte dès les premières attaques et destructions de stations-services Total/Séné­gal à Dakar et à Bignona.
Selon le Secrétariat exécutif de la Cnts/Fc, la société Total/Sénégal ne compte pas moins de 800 emplois permanents dans ses différentes unités de production, en plus des 1 600 salariés de ses stations-services à travers le territoire national. «A ces emplois directs, s’ajoutent des milliers d’autres emplois indirects constitués de fournisseurs, de transporteurs d’hydrocarbures, et autres prestataires», a rappelé la structure syndicale des travailleurs.
La semaine passée a été marquée par des manifestations d’une rare violence, à travers le territoire national. Ces dernières, ont entrainé une dizaine de pertes en vies humaines, des saccages de biens, services publiques, privés, particulièrement certaines enseignes avec, des conséquences incommensurables sur la vie économique et sociale.
«Ces évènements regrettables, s’ajoutant au désastre de la deuxième vague de la pandémie à Covid-19 qui décime la population et impacte négativement l’économie nationale, ne sont pas sur le point de s’estomper, malheureusement, si l’on se fie aux déclarations de certaines organisations politiques et de la société civile qui appellent à des manifestations sur toute l’étendue du territoire national», écrit la Cnts-Fc.
Pour cette organisation syndicale, le droit de manifester, bien qu’encadré par les libertés démocratiques universellement reconnues, ne saurait primer sur le droit au travail.
Face à l’impérieuse nécessité de préserver une paix sociale durable, le Secrétariat Exécutif de la Cnts/Forces du changement, invite les acteurs de la vie politique, sociale, économique à prendre conscience, qu’il urge de se mettre autour d’une table afin de trouver des solutions consensuelles vers la stabilité, et l’unité nationale, rudement éprouvées.



Source link

Nakodal

Nouvelobs liste « les dix choses à savoir sur Sonko », dont « Tchuraï yu Deum »

Previous article

Conditions de travail dans la pêche artisanale : Le plaidoyer des femmes

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *