Justice

Un des principaux chefs de la ’Ndrangheta, la mafia calabraise, arrêté à Madrid

0


Un homme présenté comme l’un des principaux chefs de la ’Ndrangheta, la puissante mafia calabraise, a été arrêté à Madrid dans une opération conjointe des polices espagnoles et italiennes, ont annoncé les autorités, jeudi 5 août.

Les carabiniers italiens l’ont identifié comme étant Domenico Paviglianiti, âgé de 60 ans et que la presse italienne surnomme « le boss des boss » de la structure mafieuse. Selon la justice italienne, l’arrestation a eu lieu le 3 août, avant d’être rendue publique jeudi.

Celui que les autorités espagnoles présentent comme « l’un des fugitifs les plus recherchés d’Italie » a été arrêté alors qu’il marchait en plein jour dans les rues de Madrid. Il avait « de faux documents portugais, six téléphones portables et près de 6 000 euros en espèces » sur lui.

Lire notre enquête : En Italie, la ’Ndrangheta ambitionne de conquérir le monde discrètement

Fuite après un vice de procédure

Les enquêteurs considèrent Domenico Paviglianiti comme le chef du ’ndrine (un clan membre de la ’Ndrangheta, en calabrais), basé dans trois villages de la région de Calabre. La mafia calabraise, qui opère de façon très fluide et sans structure de contrôle central, est considérée comme la plus dangereuse, la plus étendue et la plus riche structure de crime organisé au monde, en raison du contrôle qu’elle exerce sur une grande partie de la cocaïne qui entre en Europe.

Paviglianiti se trouvait en Espagne après avoir fui l’Italie. Il avait été condamné à trente ans de prison en 2005, mais avait réussi à être libéré en 2019, en raison d’un vice de forme judiciaire. L’opération policière conjointe a retrouvé sa trace en localisant d’abord une partie de sa famille à Barcelone, où il s’était réfugié pendant quelques mois après son arrivée en Espagne, avant d’aller à Madrid.

En Italie, un nouveau mandat d’arrêt avait été pris à son endroit, après l’annulation de sa remise en liberté. Il avait été condamné in absentia, en janvier, à onze ans, huit mois et quinze jours de prison pour meurtre et association mafieuse.

Le Monde avec AFP et AP



Source link

Nakodal

La situation à Ziguinchor de plus en plus inquiétante

Previous article

Le Conseil constitutionnel valide l’extension du passe sanitaire mais censure l’isolement obligatoire des malades

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Justice