International

Veolia tente de séduire les salariés de Suez et les élus locaux

0


Antoine Frérot, PDG de Veolia, le 28 février 2020, au siège du groupe, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

« Amicalité », « négociations », « médiation », « concessions »… Que de mots ont été lâchés depuis le 30 août 2020, jour où Veolia a créé la surprise en annonçant son projet d’absorber Suez, et déclenché une guerre sans merci entre les deux rivaux historiques de la gestion de l’eau et des déchets. L’amorce de discussions a bien eu lieu, mais ce sont des noms d’oiseaux qui ont très vite volé. Depuis, les protagonistes campent sur leurs positions et l’affaire devrait se régler lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires, en mai ou juin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après avoir limité la casse en 2020, Veolia veut plus que jamais s’offrir son concurrent Suez

Antoine Frérot, PDG de Veolia, a tenté de reprendre la main, jeudi 11 mars, en s’adressant non plus aux dirigeants de Suez, mais à ses 90 000 salariés, aux élus locaux qui ont concédé leurs réseaux d’eau, et au gouvernement, toujours partisan d’un improbable dénouement amical. « Nous pensons qu’un accord est possible, a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse. Cette conviction a été renforcée par nos contacts récents avec les syndicats de Suez et avec les élus. » Tous s’inquiètent pour l’avenir de l’activité en France, où l’ex-Lyonnaise des eaux emploie 30 000 personnes.

M. Frérot propose de céder à son partenaire de l’opération, le fonds français d’infrastructures Meridiam, la totalité de l’activité de Suez dans l’Hexagone : l’eau et sa recherche et développement, mais aussi toute l’activité dans les déchets. Celle-ci était jusqu’à présent exclue du périmètre octroyé à Meridiam, et elle intéressait des sociétés comme Derichebourg, Paprec et Séché Environnement. « Rien ne changerait pour les salariés de Suez en France, qui restent ensemble et conservent leur marque », a affirmé le patron de Veolia.

Avis négatif

Cette solution présente, selon lui, un avantage supplémentaire : retenir un nouvel ensemble eau et déchets, soit 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, « accélérera les autorisations des autorités de la concurrence et servira ainsi les intérêts des actionnaires, qui recevront plus vite notre offre à 18 euros ». Jusqu’à présent, M. Frérot se donnait un an pour obtenir le feu vert de la vingtaine d’autorités antitrust – notamment celui de Bruxelles – saisies de l’opération, qui donnerait naissance à un « champion français de la transformation écologique » au chiffre d’affaires proche de 40 milliards d’euros.

Veolia a présenté son projet aux instances représentatives du personnel de Suez, mais s’est heurté à leur avis négatif, sans que l’on connaisse le sentiment de l’ensemble des salariés. Il assure que Meridiam, gestionnaire de long terme, s’est engagé à garder les salariés français au moins quatre ans, une exigence de Suez, et à investir dans l’Hexagone plus que ne l’avait prévu le plan stratégique Shaping Suez 2030.

Il vous reste 51.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Fin de catastrophe sanitaire le 19 Mars (Macky Sall)

Previous article

Le Sénégal déplore 176 nouveaux cas et 6 décès, ce jeudi 11 mars

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.