International

Amorce de dialogue entre l’Iran et l’Arabie saoudite à Bagdad

0


Après cinq ans de rupture des relations diplomatiques, les deux grands rivaux régionaux, l’Iran et l’Arabie saoudite, ont tenu des pourparlers directs dans le but de réduire les tensions et de rétablir les liens. Le premier cycle de discussions saoudo-iraniens, révélé par le Financial Times, citant des responsables au fait des pourparlers, a eu lieu le 9 avril à Bagdad. Ces négociations, si l’on met à part la coordination bilatérale pour le pèlerinage de La Mecque, sont considérées comme les premières discussions politiques importantes entre les deux pays depuis 2016. Elles interviennent alors que le président américain Joe Biden veut relancer l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 et désamorcer les tensions régionales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sur le nucléaire iranien, la voie étroite des négociations pour les Etats-Unis

« Des membres des services de renseignement iranien et saoudien se sont rencontrés à Bagdad et ont discuté de tous les sujets de contentieux », confirme au Monde une source dans l’entourage du premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi. Selon le quotidien iranien Arman-é Meli, le directeur général des renseignements saoudiens, Khalid Al-Humaidan, faisait partie de la délégation de Riyad, et des responsables des forces Al-Qods (branche des gardiens de la révolution, chargée des opérations extraterritoriales) étaient présents dans la délégation iranienne, dirigée par un représentant du Conseil suprême de la sécurité.

En janvier 2016, Riyad avait décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Téhéran à la suite du saccage de son ambassade dans la capitale iranienne par une foule d’émeutiers protestant contre l’exécution d’un religieux chiite saoudien, condamné à mort par les autorités du royaume qui voyaient en lui un agent de Téhéran.

La reprise des contacts ne constitue guère une surprise complète pour les bons observateurs du Golfe. « Depuis un an et demi, on a assisté à une série de petits pas, destinés à créer doucement, graduellement, une atmosphère propice à la relance du dialogue », estime Hussein Ibish, analyste au Arab Gulf States Institute de Washington.

Vulnérabilité des Saoudiens

Ces appels du pied ont notamment pris la forme de deux tribunes appelant à un retour à la table des négociations, publiées successivement dans le New York Times et le Guardian, par un duo saoudo-iranien de poids : Abdulaziz Al-Sager, directeur du Gulf Research Center, qui est proche du roi Salman et Hossein Mousavian, professeur à Princeton et ancien porte-parole de l’équipe de négociateurs de la République islamique sur le dossier nucléaire.

Il vous reste 45.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Le député Moussa Sané réceptionne un important don du président Macky Sall pour les populations de Grand Yoff – Senpresse

Previous article

Séville prend le relais de Bilbao, Saint-Pétersbourg et Londres remplacent Dublin

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *