International

Au moins 39 migrants sont morts noyés au large de la Tunisie

0


Des personnes originaires d’Afrique secourues par l’ONG espagnole Open Arms en mer Méditerranée, le 12 février 2021.

Elles avaient pris place à bord de deux embarcations de fortune. Au moins 39 personnes sont mortes noyées au large de Sfax, à l’est de la Tunisie, mardi 9 mars, selon le ministère de la défense tunisien. Parmi elles se trouveraient au moins quatre enfants, a rapporté la garde nationale maritime tunisienne. Cent soixante-cinq personnes ont pu être secourues.

Partis dans la nuit, ces candidats à l’exil avaient été repérés par les gardes-côtes en direction de l’île italienne de Lampedusa. Pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne, ils tentaient de rallier illégalement l’Europe quand leurs bateaux ont fait naufrage. « Les recherches sont toujours en cours pour trouver d’autres survivants et d’autres corps, le bilan pourrait augmenter », a fait savoir le porte-parole de la garde nationale, Houssem Eddine Jebabli.

L’année écoulée a été marquée par une augmentation de telles embarcations en mer Méditerranée centrale, route migratoire la plus meurtrière du monde pour les personnes qui tentent de gagner l’Europe. Plus de 1 200 personnes ont trouvé la mort en mer Méditerranée en 2020, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Lire aussi La Tunisie fait face à de nouveaux morts en Méditerranée

Des embarcations continuent à prendre la mer chaque jour, en dépit de conditions météorologiques difficiles. Entre le 1er janvier et le 21 février, 3 800 migrants sont arrivés clandestinement en Italie par la mer, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dont près de 1 000 via la Tunisie et 2 500 via la Libye voisine.

Les Tunisiens constituent désormais la première nationalité à arriver clandestinement en Italie – 12 000 Tunisiens ont débarqué en 2020, selon le HCR.

Lire aussi « Cette traversée ne peut rapporter que la mort » : en Tunisie, les familles pleurent leurs « harraga »

En février, 22 personnes originaires d’Afrique parties de Sidi Mansour (dans l’est du pays), non loin de Sfax, avaient été portées disparues et 25 secourues par la marine tunisienne à une centaine de kilomètres au nord-ouest de l’île italienne de Lampedusa.

Le Monde avec AFP et Reuters



Source link

Nakodal

Emmanuel Macron décide de « faciliter » l’accès aux archives de la guerre d’Algérie

Previous article

« Lula est le seul qui semble capable de l’emporter contre Jair Bolsonaro »

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.