International

Couvre-feu, confinement, commerces ou bars fermés… Combien de jours de restrictions depuis un an ?

0


Par

Publié hier à 08h00, mis à jour hier à 11h20

Il est 20 heures, samedi 14 mars 2020, quand Edouard Philippe prend la parole devant la presse. Pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 qui explose en France, le premier ministre annonce qu’« à compter de ce soir minuit », et jusqu’à nouvel ordre, « tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » seront fermés.

La fermeture des bars, des restaurants, des cinémas et de tous les commerces « non essentiels » sonne le prélude à une mesure encore plus sévère : le confinement total commence trois jours plus tard, pour près de deux mois. Depuis lors, les contraintes se sont périodiquement assouplies, mais pas une journée ne s’est écoulée sans le « joug » des restrictions sanitaires.

Combien de jours avons-nous vécu sans pouvoir sortir de nos domiciles librement ? Combien de soirées soumises au couvre-feu ? Combien de temps à attendre la réouverture des cinémas, restaurants ou discothèques ? Pas toujours facile de répondre, tant la pandémie a brouillé notre rapport à l’écoulement du temps. Les mesures ont pu être prises à des moments différents en fonction des zones plus ou moins touchées par le virus.

Un an après les premières restrictions, nous proposons, dans le calendrier ci-dessous, de visualiser, selon votre lieu de résidence, le nombre de jours de confinement, couvre-feu, fermeture des commerces ou lieux de culture… Ce décompte n’est pas exhaustif et vise surtout à donner un ordre de grandeur.

Saisissez le nom de votre commune ci-dessous pour découvrir le calendrier associé.

Essayez par exemple : Nice, Bosroumois, Troarn, Dunkerque

Depuis le 15 mars 2020 et la fermeture des établissements « non-essentiels », pas une journée ne s’est écoulée sans que des mesures sanitaires limitant nos libertés n’aient été imposées. Dans le calendrier ci-dessous, plus les mesures sont contraignantes sur une période donnée, plus la case orange associée est foncée. Les carrés gris représentent, eux, les jours se situant en-dehors de la période étudiée (15 mars 2020-15 mars 2021).

Confinement :

« Nous sommes en guerre », martèle Emmanuel Macron le 16 mars 2020. Face à l’épidémie de Covid-19, le président de la République annonce la mise en place du confinement dès le lendemain, à midi. Les déplacements deviennent interdits, hormis pour quelques activités soumises à attestation : courses de première nécessité, consultations médicales, trajets professionnels quand le télétravail est impossible. Certaines de ces mesures très restrictives sont de nouveau imposées du 29 octobre au 15 décembre, puis fin février, le week-end, dans certaines zones très touchées par le virus (Dunkerque, Pas-de-Calais, littoral des Alpes-Maritimes).

Couvre-feux :

Le couvre-feu, qui interdit les déplacements nocturnes, a été instauré par quelques rares maires au printemps. Mais c’est lors de la résurgence de l’épidémie de Covid-19, à l’automne, que la mesure a été imposée : à partir de 21 heures dans les grandes villes, puis dans un nombre toujours plus élevé de départements, juste avant le deuxième confinement. Après la levée de celui-là, le 15 décembre, le couvre-feu a été maintenu à partir de 20 heures puis avancé à 18 heures.

Commerces « non essentiels » : de fermeture

Lors du premier confinement, tous les commerces et établissements recevant du public ont fermé, à de rares exceptions (magasins alimentaires, pharmacies, puis magasins de bricolage). Leur réouverture, à partir du 11 mai, s’est assortie de contraintes sanitaires : jauge limitée, désinfection, etc. Lors du deuxième confinement, les librairies, galeries d’art et autres commerces considérés comme « non essentiels » ont pu rouvrir à partir du 28 novembre, de même que les bibliothèques.

Restaurants : de fermeture totale

Après le premier confinement, les restaurants n’ont rouvert qu’à partir du 2 juin – et seulement en terrasse dans les zones les plus touchées par le virus. Ils ont pu rester ouverts jusqu’au début du deuxième confinement, au prix d’un protocole sanitaire renforcé (nombre de convives limité, masque lors des déplacements…) et de la contrainte du couvre-feu. Depuis lors, les restaurants , considérés comme des lieux à risque élevé de contamination, sont restés fermés, hormis pour la vente à emporter. Aucune date de réouverture n’a été fixée par les autorités publiques.

Bars : de fermeture totale

Le respect des mesures sanitaires est soluble dans l’alcool. Considérés comme plus à risque que les restaurants, les bars n’ont pu rouvrir que de juin à septembre. Dès le 28 septembre, les établissements de Paris et de sa petite couronne ainsi que ceux de plusieurs autres métropoles ont dû fermer leurs portes à 22 heures, avant d’être contraints à la fermeture totale le 6 octobre. L’ensemble des bars a fermé lors du deuxième confinement, sans date de réouverture.

Cinémas : de fermeture

Les cinémas eux aussi gardent leurs portes closes depuis fin octobre. Déjà touchés par le premier confinement et par le couvre-feu d’octobre ainsi que par la pénurie de films à l’affiche, ils ont enregistré en 2020 à peine plus de 65 millions d’entrées contre plus de 210 millions en 2019, selon le rapport annuel du Centre national du cinéma.

Grand musées : de fermeture

« La culture est essentielle à notre vie de citoyennes et de citoyens libres », insistait le président de la République en novembre. Mais, depuis mi-mars 2020, les principaux lieux culturels ont été accessibles moins d’un jour sur deux. Si quelques petits musées avaient pu accueillir des visiteurs dès le début du déconfinement, en mai (le 2 juin pour les grands établissements), aucun n’a été autorisé à rouvrir depuis fin octobre.

Discothèques : de fermeture

Depuis le début de la crise sanitaire, les autorités recommandent une réduction drastique des contacts, notamment festifs. Conséquence : les discothèques n’ont pas rouvert depuis leur fermeture, le 15 mars 2020. Il s’agit des seuls établissements recevant du public qui se trouvent dans pareille situation. Selon l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), 131 établissements de nuit ont été placés en liquidation judiciaire, 24 en redressement, et 6 en procédure de sauvegarde entre mars et décembre 2020.

Retrouvez ci-dessous le récapitulatif des différentes mesures de restriction et leur durée :

Nombre de jours depuis le 15 mars 2020 à 

A noter : cet outil ne conserve aucune trace de vos choix, ils ne sont visibles que de vous, en ce moment et dans ce navigateur. Les DOM-TOM, où des mesures très territorialisées ont été prises depuis le début de l’épidémie, n’ont pas été inclus dans ce moteur de recherche. Seules les mesures prises à partir du 15 mars 2020 sont représentées sur ce graphique, même si certaines zones ont été concernées par des restrictions antérieures (les salles de cinéma de l’Oise et du Morbihan ont, par exemple, été fermées dès début mars 2020).





Source link

Nakodal

Michel Platini entendu dans le cadre de l’enquête visant Gianni Infantino

Previous article

Le policier accusé du meurtre de George Floyd visé par un troisième chef d’inculpation

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.