Politique

Idrissa Seck appelle Ousmane Sonko «répondre à la justice» ou à «se repentir»

0


Idrissa Seck, le président du Conseil économique social et environnemental (CESE), appelle instamment le leader du Pastef Ousmane Sonko  a répondre à la justice s’il ne se reproche rien quant aux accusations qui sont portées contre sa personne par Adji Sarr et dans le cas contraire, s’il  «l’invite à se repentir»  en présentant « ses accuses devant Dieu et devant les hommes s’il  reconnait les faits. L’appel du président  de Rewmi Idrissa Seck  à Ousmane Sonko, qu’il appelle affectivement « mon jeune frère »  a  été relayé dans le journal de la RFM de ce dimanche  07 mars 2021.

Le président du CESE a pris la parole dans le dossier qui secoue le pays depuis plusieurs semaines en donnant un conseil à son ancien éphémère allié Ousmane Sonko qui traverse « une terrible épreuve » : répondre à la justice ou faire son mea culpa. Si le président du Pastef Ousmane Sonko répond favorablement à son appel, Idrissa Seck, se dit prêt à entamer une médiation afin d’apaiser la tension  comme l’aurait sollicité Alioune Tine, le président fondateur du Think thank Africajom Center et membre important de la société civile.

Ousmane Sonko, Macky Sall, Adji Sarr, situation du pays… Voici la déclaration de Idrissa Seck (vidéo)Sélectionné pour vous : Ousmane Sonko, Macky Sall, Adji Sarr, situation du pays… Voici la déclaration de Idrissa Seck (vidéo)

«S’il sait que les accusations portées à son endroit par Adji Sarr sont infondées et ne sont que le résultat d’un complot ourdi contre sa personne, je l’invite à déclarer solennellement devant Dieu et devant les hommes qu’aucune preuve ne viendra étayer lesdites accusations. S’il ne le peut pas, je lui recommanderais alors de se repentir, de demander pardon à sa famille, à ses militants et au peuple sénégalais » conseille le président du CESE.

Idrissa Seck demande aux populations  ne pas servir de  bouclier humain à quelque « gourou «  que ce soit   ou quelques intérêts nationaux  ou internationaux qui tentent de déstabiliser le pays.  Réponse du berger à la bergère.

A cette invitation,  un membre du Pastef est monté au créneau pour récuser  Idrissa Seck toujours au micro de la RFM. Selon lui Idrissa Seck en invitant Ousmane Sonko  «à présenter des accuses» l’accuse de facto dans une affaire dont Idrissa  Seck en personne « ne connaît  ni les tenants  ni les aboutissants ». D’autres réactions du camp Pastef ne tarderont certainement pas à s’exprimer dans les heures et les jours suivant.

Rappelons que Ousmane  Sonko, principal opposant de Macky Sall a été accusé depuis « 8 février de viol  avec menaces de mort à répétition » par une masseuse de 20 ans, en service dans un salon  de massage de la capitale où le leader du Pastef, avait des prestations pour traiter un  mal de dos. Accusation que jette Ousmane Sonko et parle d’un complot du pouvoir pour liquider l’opposant qu’il est comme Macky Sall l’a fait pour l »‘ancien ministre Karim Wade et l’ex-maire de la capitale Khalifa Sall.

Sauf que contrairement à Ousmane Sonko ces deux personnalités, elles, semblaient réellement trempés de vrais dossiers à milliards. C’est plutôt la politisation  et manque de sérénité  de ces dossiers qui avaient interpellé certains observateurs.  Puisque grâce à ses dossier judiciaires ils ont été écartés tranquillement de la dernière présidentielle à laquelle Idrissa Seck et Ousmane Sonko eux avaient pris part.

Pour mémoire lors de la présidentielle de 2020, Idrissa Seck et Ousmane  Sonko placés respectivement 2è et 3è derrière Macky Sall élu dès le premier tour ont tenté de s’associer pour contester les résultats du scrutin. Mais le projet n’est pas allé très loin.

Depuis, Idrissa Seck, qui passait pour être l’opposant le plus virulent, a longtemps disparu de la scène politique et sa parole se fait rare dans  le débat  public , n’apparaissant que de manière sporadique à intervalles  irréguliers de mois. Mais au plus fort de la crise du Covid 19, lors d’un remaniement ministériel, contre tout  attente, il avait rejoint le pouvoir en place en prenant la présidence du Conseil économique, social et environnemental en remplacement de Aminata Touré, l’ancienne Première ministre, et ministre de la justice de Macky Sall désormais tombée en disgrâce.

Comme quoi les voix de la politique sont insondables. Les amis d’aujourd’hui peuvent devenir les ennemis d’hier et vice versa.  C’est comme un couple et il vaut mieux  qu’un tiers n’y entre pas dans les histoires de politiciens.

Noël SAMBOU



Source link

Nakodal

en Birmanie, le bras de fer se poursuit entre l’armée et les prodémocratie

Previous article

ces femmes qui murmuraient à l’oreille des dieux

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Politique