International

incident dans l’EPR chinois de Taishan

0


C’est un nouveau coup dur pour l’EPR, la dernière génération de centrale nucléaire développée par la filière française. On en ignore encore l’importance, mais une « fuite » s’est récemment produite dans l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan, dans le sud de la Chine, a révélé, lundi 14 juin, la chaîne de télévision américaine CNN. EDF évoque une « augmentation de la concentration de “gaz rares” dans le circuit primaire », qui se trouve dans la double enceinte en béton renfermant la chaudière. Un incident suffisamment sérieux pour susciter l’inquiétude des autorités américaines. De son côté, le gouvernement français a été prévenu jeudi 10 juin, et le ministère des affaires étrangères s’est saisi du dossier, fait-on savoir à Paris.

La centrale EPR chinoise continuait de fonctionner, au grand étonnement d’experts français

C’est la filiale américaine de Framatome (ex-Areva NP) qui a alerté les autorités américaines d’une « menace radiologique imminente », selon des responsables américains et des documents consultés par CNN. L’autorité de sûreté chinoise aurait repoussé les limites acceptables pour la détection des rayonnements à l’extérieur de la centrale pour éviter son arrêt, selon une lettre de Framatome au ministère de l’énergie américain. La centrale EPR chinoise continuait de fonctionner, au grand étonnement d’experts français.

L’administration Biden a estimé que l’installation n’avait pas encore atteint un « niveau de crise » pour les agents de la centrale et pour la population, a déclaré l’une des sources à la chaîne de télévision. La situation a néanmoins été jugée suffisamment grave pour justifier, la semaine dernière, la tenue de plusieurs réunions du conseil de sécurité nationale américain à des niveaux élevés. Des échanges ont également eu lieu avec les autorités françaises et chinoises.

Dans un communiqué, lundi 14 juin, Framatome a déclaré que « sur la base des informations disponibles, la tranche est dans son domaine de fonctionnement et de sûreté autorisé » et qu’elle « apporte son soutien à l’analyse de l’évolution d’un des paramètres de fonctionnement de la centrale ». L’expertise de la filiale américaine du fabricant de chaudières nucléaires est visiblement nécessaire, ce qui explique que le gouvernement des Etats-Unis ait été mis dans la boucle. Les équipes de Framatome « travaillent avec les experts concernés pour suivre et évaluer la situation, et si nécessaire, proposer des solutions », précise la société.

Il vous reste 58.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

l’enquête classée sans suite pour prescription

Previous article

On a testé… l’Audio Spatial, la musique en trois dimensions d’Apple

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *