International

la timide diplomatie des footballeurs

0


Erling Braut Haaland arbore un t-shirt « Droits humains, sur et en dehors du terrain », avant le match contre la Turquie, à Malaga (Espagne), le 27 mars.

Sur la planète football, la Norvège n’est pas une superpuissance, mais c’est pourtant bien elle qui a insufflé un vent de contestation. D’abord les Norvégiens, ensuite les Allemands, les Néerlandais, les Danois et les Belges. Les footballeurs de ces sélections nationales ont tous pris part au débat public pour appeler à une amélioration des conditions de travail des ouvriers au Qatar. A l’origine de cette prise de conscience, un article accablant paru dans le quotidien anglais The Guardian, le 23 février, dénombrait la mort d’au moins 6 500 travailleurs migrants depuis 2010 dans cet émirat du Golfe, notamment en marge des chantiers de construction de stades.

Ces cinq équipes, du 24 au 30 mars, ont utilisé le même mode opératoire : exhiber des messages sur des tee-shirts, juste avant des matchs qualificatifs pour la prochaine Coupe du monde, censée se tenir au Qatar entre les mois de novembre et décembre 2022.

Lire aussi Mondial 2022 au Qatar : les dénonciations se multiplient dans le monde du football

« Droits humains, sur le terrain et en dehors » : telle fut l’inscription affichée par le phénomène norvégien Erling Haaland et ses coéquipiers, avant leur victoire à Gibraltar (3-0), le 24 mars. L’initiative est à mettre au crédit du sélectionneur, Stale Solbakken, indique au Monde la Fédération norvégienne de football (NFF). « Bien sûr que c’est de la politique, mais sport et politique vont ensemble et iront toujours ensemble », a soutenu l’entraîneur, à rebours du discours habituel sur la nécessité d’une neutralité sportive.

Si elle se qualifie, la France sera présente

Fin février, plusieurs clubs norvégiens – dont le club professionnel le plus septentrional du globe, Tromso – ont exhorté leur fédération nationale à boycotter le prochain Mondial, en cas de qualification. Cette décision fera l’objet d’un vote fédéral le 20 juin. En attendant, la NFF se veut beaucoup plus mesurée : « Nous voulons améliorer la situation, et la meilleure façon de le faire est de participer à la compétition. »

Lire aussi « La Coupe du monde 2022 de football aura bien lieu, mais à quel prix pour le Qatar ? »

La simple revendication d’un message politique sur la pelouse d’un stade peut déjà surprendre. « Nous pouvions penser que la Norvège resterait un peu seule dans ce combat, mais elle a été suivie par des pays qui ont de fortes chances de se qualifier pour la Coupe du monde », observe Carole Gomez, directrice de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques.

La spécialiste en géopolitique du sport observe un début de « changement de doctrine » de la part de la Fédération internationale de football (FIFA), organisatrice de l’événement. L’institution a annoncé ces derniers jours autoriser les joueurs à s’exprimer en marge des matchs, en vertu de la « liberté d’expression ». En 2013, l’Ivoirien Didier Drogba avait risqué un avertissement pour son tee-shirt en hommage à Nelson Mandela, en vertu du règlement selon lequel « les messages n’ont pas leur place dans le jeu ».

Il vous reste 63.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

« Gardons-nous de faire de l’islam une identité à part entière »

Previous article

Situation épidémique à la hausse, accélération de la vaccination : Macron tiendra-t-il son pari ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *