Justice

L’avocat de Pierre-Jean Chalençon sur le banc des accusés

0


Jean-Luc Chetboun, en 2017, dans une émission diffusée sur YouTube.

Difficile de dire qui, de l’avocat parisien Jean-Luc Chetboun ou de son client, Pierre-Jean Chalençon, est le plus déroutant. Ce dernier, ayant droit chevelu de Charles Trenet et fan de Napoléon, est soupçonné par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) d’avoir organisé des dîners clandestins au cœur de Paris, au Palais Vivienne, dont il est le propriétaire. Quant à son fantasque conseil, avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, qui l’épaule dans ses affaires depuis quatre ans, il passe au premier abord pour un artiste contrarié.

Jean-Luc Chetboun, 51 ans, a d’ailleurs peint une partie des toiles exposées dans son bureau, se met volontiers au piano et a longtemps pris des cours d’art dramatique. Un brin mystique, habité, plus passionné par « Jésus, Moïse et les écritures judéo-chrétiennes » que par le code pénal, il tire un peu le diable par la queue et travaille seul dans son petit espace à deux pas du Palais Vivienne, dans le 2e arrondissement de Paris. D’un naturel fébrile, il s’y ronge les sangs. Car, depuis janvier, Me Chetboun est mis en examen et renvoyé devant le tribunal correctionnel au côté, notamment, des frères Igor et Grichka Bogdanoff. Comme eux, l’avocat est poursuivi pour « escroquerie sur personne vulnérable ».

Jean-Luc Chetboun est soupçonné d’avoir fait partie du cercle de profiteurs qui, durant l’hiver 2017-2018, ont extorqué de l’argent à un millionnaire bipolaire, ancien hôtelier normand, Cyrille P. Tandis que les célèbres jumeaux multipliaient les sollicitations pour régler leurs dettes et relancer « Temps X », leur célèbre émission des années 1980 sur TF1, d’autres profitaient du fait que le généreux millionnaire rêvait d’investir dans le septième art.

De l’emprise au suicide

Me Chetboun, l’un de ses amis producteur de cinéma et la fille de celui-ci sont ainsi poursuivis pour avoir entraîné Cyrille P. à dilapider sa fortune dans un film aux conditions de production douteuses, Noni. Le fruit de l’espoir. Les frères Bogdanoff et Jean-Luc Chetboun y tiennent chacun un rôle. Dans la bande-annonce du long métrage, les jumeaux apparaissent en blouses blanches de laborantins, penchés sur des fioles, et l’avocat au crâne chauve, en tunique de lin, un point rouge sur le front, fait un salut indien.

On y voit également la tête d’affiche, le défunt Robert Hossein, client et ami de Jean-Luc Chetboun. Sous l’emprise du groupe, Cyrille P. a financé le tournage à l’île Maurice en janvier 2018, sans s’inquiéter de la comptabilité fantôme de la société de production, du manque de techniciens, du scénario indigent…

Il vous reste 45.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Une fonctionnaire de police tuée lors d’une attaque au couteau au commissariat de Rambouillet

Previous article

les bénéfices de l’AstraZeneca continuent de l’emporter sur les risques, selon l’AEM

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Justice