International

Le glyphosate franchit un premier pas vers sa réautorisation en Europe en 2022

0


Un agriculteur français utilise du Roundup 720, un herbicide à base de glyphosate, le 23 avril 2021 à Piacé (Sarthe).

Mise en sommeil depuis trois ans par l’absence d’enjeu réglementaire, la controverse sur le glyphosate devrait redémarrer. Les quatre Etats rapporteurs chargés de sa réévaluation ont rendu aux autorités européennes, mardi 15 juin, la version de travail de leur rapport d’expertise en vue de la réautorisation du célèbre herbicide, prévue pour décembre 2022. Fondé sur l’analyse du dossier réglementaire fourni par les industriels pétitionnaires, cet épais rapport n’identifie aucune propriété toxicologique justifiant l’exclusion du glyphosate du marché.

Selon les conclusions préliminaires de l’expertise, le glyphosate ne serait pas cancérogène, mutagène ou reprotoxique et ne remplirait pas les critères requis pour être considéré comme perturbateur endocrinien. Les deux agences réglementaires communautaires – l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) – doivent maintenant examiner à leur tour le dossier pour exprimer leurs opinions. Celles-ci sont attendues à partir du printemps 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le glyphosate peut perturber le microbiote à des doses très faibles, selon une étude internationale

Le dispositif mis en place par l’Union européenne pour la réévaluation du produit est inédit. Généralement, un seul Etat rapporteur, éventuellement assisté d’un suppléant, est chargé d’établir l’expertise préliminaire. L’ampleur de la controverse publique générée par la précédente évaluation, pilotée par les autorités réglementaires allemandes et achevée en 2017, a échaudé les Etats membres. Cette fois, quatre d’entre eux – la Hongrie, la Suède, les Pays-Bas et la France – se sont partagé le travail, et le coût politique potentiel de la réautorisation.

L’apport de la France dans le processus, par le truchement de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), a porté sur les données écotoxicologiques. Un secteur de l’expertise moins sensible, seuls les effets sur la santé humaine pouvant imposer une non-reconduction du produit.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les autorités sanitaires restreignent l’usage du glyphosate, quand des alternatives existent

Profond hiatus

En tout état de cause, la controverse avec le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) est vouée à se poursuivre. A l’inverse des autorités réglementaires, cette agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), principale autorité de classification des agents cancérogènes dans le monde, considère depuis 2015 le glyphosate comme « cancérogène probable ». Une telle classification entraînerait l’impossibilité de réautoriser le produit, en vertu de la loi européenne sur les pesticides. Mais les autorités réglementaires du Vieux Continent (et des Etats-Unis) ne partagent pas cet avis.

Il vous reste 58.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Fer de lance de l’opposition à Veolia, le patron de Suez va quitter le groupe

Previous article

En appel, le parquet général requiert un an de prison ferme contre le youtubeur Marvel Fitness, accusé de harcèlement moral

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *