International

le gouvernement n’exclut pas un déconfinement territorialisé

0


Lors de sa conférence de presse du jeudi 22 avril, Jean Castex a réaffirmé l’objectif de réouverture « du plus grand nombre possible de lieux et d’activités autour de la mi-mai ». Toutefois, a pris soin de préciser le premier ministre, celle-ci se fera « de manière forcément prudente et progressive, (…) en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, le cas échéant sur une base territorialisée ». Si le propos reste très général, il n’en confirme pas moins l’hypothèse d’un déconfinement territorialisé. « Nous n’avons jamais été fermés par principe à la territorialisation, a repris un peu plus tard le chef du gouvernement dans son échange avec la presse. C’est désormais une tendance que nous prenons en considération, sur la base des départements. »

Ce dernier élément est loin d’être anodin. Si territorialisation il y a, quel sera l’échelon pertinent ? La région ou le département ? La réponse de M. Castex laisse entendre son inclination. « Dans certaines régions, les situations sanitaires peuvent être très contrastées. Le premier ministre a toujours dit que, pour lui, de manière générale, l’action la plus efficace, c’est à l’échelon départemental », indique Matignon, tout en précisant que, pour l’heure, la décision n’a pas encore été arrêtée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : malgré une baisse fragile de l’incidence, l’exécutif laisse espérer des réouvertures à la mi-mai

De leur côté, les élus locaux jugent que l’échéance arrive à grands pas et qu’il est temps de s’y préparer. En regrettant qu’elle n’ait pas encore donné lieu à concertation entre le gouvernement et les associations. « On le demande depuis longtemps mais nous n’avons pas été consultés », regrette le président de l’Assemblée des départements de France, Dominique Bussereau. Pour lui, il ne fait aucun doute que « le bon niveau d’efficacité et de proximité, c’est la sphère départementale, hormis l’Ile-de-France ».

Mise à l’écart

« Nous sommes évidemment favorables à la territorialisation mais nous avons fait des dizaines de fois des propositions qui n’ont jamais été suivies. Le gouvernement décide seul. Il faut faire un peu confiance aux intelligences locales », peste un cadre de Régions de France. Il perçoit dans cette mise à l’écart une volonté du gouvernement de ne pas associer les présidents de région par « calcul électoral ». « Après le deuxième confinement et la crise des vaccins, les relations se sont dégradées », constate-t-il. « Il y aura des concertations et des échanges avec les associations mais c’est un peu prématuré. A chaque moment charnière, et c’en est un, il y a toujours eu des concertations avec les élus », répond Matignon.

Il vous reste 58.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Employabilité : Le cahier de doléances des jeunes – Lequotidien

Previous article

Le Tchad a connu 45 ans de conflits armés

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *