Justice

« Le Ladies Football Club », de Stefano Massini : footballeuses en guerre

0


L’équipe de football féminin de l’usine de munitions AEC, à Beckton (Londres), pendant la première guerre mondiale.

« Le Ladies Football Club » (Ladies Football Club), de Stefano Massini, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Globe, 192 p., 20 €, numérique 15 €.

Dès la première foulée, c’est une transgression, puis, en quelques enjambées, une révolution. Les unes après les autres, elles sont descendues de leur muret où elles mordaient dans un sandwich pour se lancer à la poursuite d’un ballon improvisé : un prototype désamorcé de la Bomb 4, un objet sphérique. Quelle mouche vient de piquer ces ouvrières anglaises d’une usine d’armement lorsqu’elles se hasardent à jouer au football dans la triste cour en brique où elles se détendent de leur labeur sur la chaîne de montage ?

En ce 6 avril 1917, jour de l’entrée en guerre des Etats-Unis, leurs cœurs s’enflamment. Les coups de pied crépitent. La rage s’exprime droit au but. Contre les atrocités dans les tranchées, les baisses de salaire, le rationnement, tant de choses à venger de l’enfance ou de l’âge adulte… Unies et dissemblables, ces filles, épouses et mères, sont toutes saisies d’une folie aussi innocente que dissidente. Car, pour tolérer que des femmes, qui plus est « en cheveux » – une charlotte leur sera par la suite imposée –, osent investir ce sport hautement masculin, il faut bien que les hommes soient partis au front, sur le continent. Qu’elles participent donc à l’effort patriotique par des matchs caritatifs ! Le « Ladies Football Club », qui donne son titre au nouveau roman de l’Italien Stefano Massini, est né. Leur patron « ajouta que dans l’Histoire entière/ on n’avait jamais, jamais entendu/ que le football était une affaire de jupons./ “Il y a un début à tout”, cracha Haylie,/ qui se voyait déjà en Rosa Luxemburg du football ».

Aventure sans précédent

Il faut l’avouer : 11 est un chiffre bancal. Entre 10, rondeur décimale et riche symbole religieux (les dix plaies d’Egypte, les dix commandements), et 12, nombre dit « sublime » en mathématiques. Elles sont donc onze, ces prolétaires de Sheffield, dans le nord de l’Angleterre. Pas une de moins, pas une de plus, aucune remplaçante en vue. Elles ne devront compter que sur elles-mêmes et les unes sur les autres comme coéquipières d’une aventure sans précédent. Onze à s’aligner sur le terrain et à se mettre d’accord dans le cadre d’un collectif promis à une gloire grandissante. Quel poste pour chacune ? Quelle capitaine élire ? Quel maillot choisir ? En l’espèce, il s’agira d’une toile de suaire, donné par le frère de la numéro 5, qui œuvre comme fossoyeur militaire. Le hic ? Le sigle LFC pour « Long Forth Cemetery », précousu sur le tissu noir. Qu’à cela ne tienne, détourné, il désignera le Ladies Football Club. Lequel s’inspire du Dick Kerr’s Ladies Football Club, équipe féminine de football créée par d’autres ouvrières, un peu plus tôt à Preston, non loin de là, comme ailleurs en Grande-Bretagne ou en France.

Il vous reste 43.82% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Nakodal

Les principaux partis d’opposition tchadiens dénoncent un « coup d’Etat institutionnel »

Previous article

on a testé… « Trials of Fire », le petit jeu de stratégie qui a tout d’un grand

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Justice