International

les voyageurs venant d’Inde soumis eux aussi à un isolement obligatoire de dix jours

0


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à la sortie du conseil des ministres, le 21 avril, à Paris.

Les voyageurs arrivant d’Inde vont être également soumis à un isolement obligatoire de dix jours à leur arrivée en France, a annoncé mercredi 21 avril le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

« Pour quelques pays où la situation sanitaire est gravissime et particulièrement inquiétante et préoccupante, nous serrons encore la vis », a-t-il déclaré à l’issue du conseil des ministres. Plus tôt, le conseil de défense sanitaire a ainsi décidé d’ajouter l’Inde à la liste de pays dont les voyageurs sont déjà soumis à une quarantaine obligatoire : le Brésil, le Chili, l’Argentine et l’Afrique du Sud, en plus du département français de Guyane.

Vers une levée de la limite des 10 km le 3 mai

M. Attal a précisé que le gouvernement tiendrait une conférence de presse jeudi, au cours de laquelle il abordera les sujets des frontières, des écoles et de la campagne de vaccination. Le porte-parole du gouvernement a confirmé que le calendrier avancé par Emmanuel Macron dans son allocution du 31 mars constituait bien « la base de travail », avec une réouverture des écoles prévue pour le 26 avril, une levée des restrictions de déplacement au 3 mai et une réouverture de « certaines terrasses » et lieux culturels pour la mi-mai.

Sur tout le territoire, « il apparaît que nous pourrions être au pic [de l’épidémie] ou proches de l’être », a souligné M. Attal en faisant le point sur la semaine écoulée. « Les premiers effets » des restrictions « sont perceptibles, le nombre de nouveaux cas détectés diminue », ainsi que le taux d’incidence et le nombre de patients hospitalisés sur une semaine, « et le nombre de personnes en réanimation tend à se stabiliser », a-t-il souligné.

Ces résultats « encourageants » sont toutefois « encore insuffisants » : « à ce stade, l’épidémie recule deux fois moins rapidement qu’en novembre », et « la pression hospitalière reste extrêmement forte ».

La situation est très disparate sur le territoire, entre « un recul de l’incidence compris entre 15 % dans les Hauts-de-France et près de 20 % en région Sud », une « tendance encourageante aussi en Occitanie, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bourgogne-Franche-Comté, dans le Grand-Est », et une « tendance en revanche moins favorable que la moyenne nationale » en Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Nouvelle Aquitaine et Corse.

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

à l’hôpital, « on a l’impression que le pire est passé, mais cela doit encore être confirmé »

Previous article

Après la condamnation de Derek Chauvin, scènes de liesse de Minneapolis à Los Angeles

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *