International

L’ONG bretonne d’investigation Splann ! publie sa première enquête sur la pollution à l’ammoniac

0


Ces révélations étaient très attendues, alors que les tentatives d’intimidation de journalistes travaillant sur l’élevage intensif en Bretagne se sont multipliées ces derniers mois. Lundi 14 juin, Splann !, une organisation à but non lucratif qui traite des sujets d’intérêt public dans l’ouest de la France, a publié les conclusions de sa première enquête consacrée à la pollution de l’air à l’ammoniac en Bretagne.

L’enquête en trois volets « Bretagne, bol d’air à l’ammoniac ! », entièrement financée par des dons et diffusée notamment sur Mediapart, revendique de « placer l’ammoniac dans le débat public ». Elle est assortie d’une carte interactive des émissions en Bretagne, « première région émettrice » en raison de sa concentration « exceptionnelle » d’élevages intensifs, avec seulement 6 % de la surface agricole utile en France, mais 58 % du cheptel et de la production porcine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Bretagne, le journalisme sous tensions

Insuffisances respiratoires

Les émissions d’ammoniac (NH3) sont « à 95 % d’origine agricole, dont 80 % issues de l’élevage », selon l’Institut national de la recherche agronomique (Inrae). Elles ont lieu principalement lors des épandages d’engrais organiques (fumiers, lisiers) et minéraux (ammonitrates). Mais l’ammoniac contribue à la formation de particules fines dans l’atmosphère, qui favorisent cancers et maladies cardio-vasculaires, soulignent les journalistes.

Selon eux, une étude publiée en mai aux Etats-Unis par l’Académie nationale des sciences impute pour la première fois directement « des décès causés par la pollution de l’air à la production et la consommation de viande ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La face cachée des engrais azotés

Les enquêteurs citent également une étude du centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes, parue en 2014, qui relève des insuffisances respiratoires chroniques chez des éleveurs laitiers dont les polluants agricoles seraient la cause. Le Finistère nord, « siège de la plus grande pollution à l’ammoniac », est particulièrement concerné avec un surcroît d’asthme.

Malgré les suspicions qui pèsent sur l’ammoniac, l’enquête rappelle le manque de moyens consacrés à la surveillance de ce polluant dans une région qui concentre 17 % des émissions nationales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Saint-Malo, la peur des fumées ammoniaquées des usines d’engrais

Nouveau modèle

Crée en février 2021, Splann ! (« clair », en breton) est une association à but non lucratif parrainée par Disclose. Elle vise à produire « des enquêtes journalistiques d’utilité publique en Bretagne et dans le monde, en français et breton ». Son siège est établi à Guingamp (Côtes-d’Armor).

Les enquêtes sont financées par des dons de particuliers et de fondations, mais ne bénéficient ni de subventions ni du mécénat d’entreprise « par souci d’indépendance ». Elles sont diffusées en libre accès dans des médias partenaires et sur son site Internet. Une cagnotte lancée en début d’année sur HelloAsso a recueilli plus de 68 000 euros de dons.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Splann ! » : le journalisme d’investigation prend des accents bretons

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

On a testé… l’Audio Spatial, la musique en trois dimensions d’Apple

Previous article

« J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie… » Ce que disait le tout nouveau Premier ministre Israélien

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *