Politique

Succession de Idriss Déby au Tchad : L’opposition dénonce un coup d’Etat – Lequotidien

0


Après la mort de Idriss Déby et la mise en place d’un Conseil militaire de transition au Tchad, une «charte de la transition » prévoyant l’abrogation de la Constitution a été publiée pendant quelques heures sur le site de la Présidence, avant d’être retirée. Des sources proches du Cmt expliquent qu’il ne s’agissait pas de la bonne version. Du côté de l’opposition, des représentants des principaux partis se sont réunis ce matin et ils dénoncent un coup d’Etat.

Coup d’Etat. Le mot est lâché par une trentaine de partis de l’opposition, réunis au lendemain de l’annonce de la mort de Idriss Déby. Participaient à cette rencontre des petits partis, mais aussi des poids lourds, tels que le parti de l’opposant Saleh Kebzabo, ou des transformateurs. Ils dénoncent d’un coup d’Etat, car, disent-ils, c’est le fils qui succède au père, l’un comme l’autre étant qui plus est des hauts gradés. «Le rôle des militaires est d’assurer la sécurité aux frontières, pas de prendre le pouvoir», expliquait Mahamat Bichara, le porte-parole de cette coalition. Une analyse partagée par l’Union des syndicats du Tchad. Dans un communiqué, le bureau exécutif de l’UST «rejette que la transition soit assurée par des militaires» et condamne la «confiscation du pouvoir par les armes». Tout comme les partis d’opposition, l’Ust demande une transition civile et l’ouverture d’un dialogue inclusif. Un coup d’Etat aussi, car l’Assemblée nationale et la Constitution sont dissoutes, tandis qu’un couvre-feu est instauré. Il passe d’ailleurs de 18h à 20h dans le dernier communiqué du Conseil militaire de transition.
L’opposition demande donc une transition civile et l’ouverture d’un dialogue inclusif. Elle craint que Mahamat Idriss Déby, le président du Cmt, ne respecte pas la transition de 18 mois et que l’histoire se répète. Hier soir, les chefs traditionnels se sont exprimés pour la première fois depuis le début de la crise, et appellent eux aussi au dialogue. Les opposants réclament également l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances de la mort de Idriss Déby. Ils remettent en cause la version officielle. «A-t-il réellement été blessé par une balle ennemie ?», s’interrogeait François Djekombé, lors de cette réunion, qui a duré moins d’une heure. Enfin, ils appellent les Tchadiens à ne pas respecter les décisions prises par le Conseil militaire et menacent d’un soulèvement populaire.
L’accusation de coup d’Etat est rejetée par Mahamat Zen Bada, Secrétaire général du Mps. Il affirme que le président de l’Assemblée nationale ayant refusé d’assurer l’intérim pour raisons de santé, il fallait bien qu’un organe soit mis en place pour organiser la transition jusqu’aux prochaines élections. Il déclare aussi que ce mercredi, le président du Conseil militaire a reçu le Cadre national du dialogue politique (instance qui existait déjà auparavant) et qu’une fois les obsèques du Président passées, le moment sera venu de former un Gouvernement civil de transition.
Au Mps, on évoque donc «une opposition totalement à plat qui cherche à se racheter auprès de la population». Pour le porte-parole du parti, Jean Bernard Padaré, le Conseil militaire relève du pragmatisme pour préserver «l‘intérêt supérieur de la Nation», c’est-à-dire sa sécurité. Il y a aura tout de même une concertation nationale inclusive, promet-il, et des élections dans les 18 prochains mois.



Source link

Nakodal

L’urgence de fonder l’Agence africaine du médicament – Lequotidien

Previous article

un complice présumé de l’assaillant arrêté en Italie

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Politique