Justice

Trois hommes à la tête d’une « galaxie de sites » de streaming sportif illégal condamnés à plus de 7 millions d’euros de dommages et intérêts

0


« Bienvenue à tous sur le meilleur site de streaming gratuit », fanfaronnait la page d’accueil d’un de leurs 30 sites Internet diffusant illégalement des matchs de sport issus des chaînes payantes. Trois hommes âgés de 43 à 57 ans ont été condamnés mercredi 10 mars à verser solidairement plus de 7 millions d’euros de dommages et intérêts à Canal+, BeIN Sports et RMC Sport par le tribunal correctionnel de Rennes. Deux autres prévenus, de 49 et 44 ans, ont été également condamnés à payer des dommages et intérêts portant sur une partie de cette somme.

Les cinq hommes avaient déjà été condamnés, au pénal en juin, à des peines allant de 5 000 euros d’amende avec sursis à douze mois de prison, dont six avec sursis.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le football français veut éradiquer le streaming illégal des matchs

« Robin des Bois »

Lors de l’audience sur les intérêts civils en janvier, les chaînes de télévision avaient réclamé plus de 91 millions d’euros de préjudice matériel et moral. Le tribunal a fixé le préjudice matériel et moral de Canal+ à 2,75 millions d’euros, celui de BeIN Sports à 3,94 millions d’euros et celui de Sportscotv et MCS, sociétés éditrices de RMC Sport, à plus de 600 000 euros.

« C’est une décision satisfaisante en ce sens que les dommages et intérêts sont extrêmement réduits par rapport aux sommes demandées. Cela étant, on reste sur des condamnations extrêmement élevées », a réagi Me Katell Plançon, avocate de Franck C., 49 ans, un employé de Roubaix (Nord), qui disait avoir été pris pour un « nigaud » dans cette affaire. « Qu’on soit à un, deux, trois ou quatre millions, ça ne change pas grand-chose, car ce sont des gens qui n’ont pas les moyens de rembourser », a ajouté Me Hélène Laudic-Baron, qui a précisé qu’il n’était « pas impossible » qu’elle fasse appel.

Parmi les hommes condamnés figurent notamment un informaticien breton et un Girondin invalide, Jean-Eric M., 57 ans, qui disait avoir agi « dans l’esprit Robin des Bois ».

260 000 euros saisis

Le créateur des sites, Olivier O., 47 ans, était, lui, un ancien vendeur de photocopieuses habitant près de Rennes. En juin, le quotidien Ouest-France précisait que près de 260 000 euros ont été saisis par les enquêteurs – une somme répartie entre les biens immobiliers et les comptes bancaires d’Olivier O. Le procureur, lors d’une audience tenue le 5 mars, avait également évoqué « la dissimulation d’autres fonds, notamment à travers des comptes offshore ».

Les cinq hommes diffusaient sur « une galaxie de sites », depuis au moins 2014 et jusqu’en 2018, des événements sportifs (football, basket, rugby…) réservés aux abonnés de chaînes payantes. La chaîne Canal Plus était ainsi diffusée gratuitement vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Grâce à un logiciel spécial, les prévenus capturaient le flux vidéo de leur abonnement Canal Plus, BeIN Sports ou RMC Sports, pour ensuite le retransmettre vers un serveur. Pour les chaînes étrangères, des liens vers des sites de contenus illégaux étaient mis en ligne, selon les éléments de l’enquête cités à l’audience.

Les visiteurs des sites étaient ensuite « bombardés » de publicités, qui auraient rapporté près de 230 000 euros, versés par 50 régies publicitaires entre 2014 et 2018. Les neuf sites les plus fréquentés ont attiré plus de 7,5 millions de visiteurs uniques de 2014 à 2017, selon une estimation citée à l’audience pénale en mars 2020.

Lire aussi Vincent, 17 ans, lycéen, et créateur d’un des sites les plus populaires de streaming illégal

Le Monde avec AFP



Source link

Nakodal

L’affaire Bygmalion, brasier des rivalités entre Sarkozy et Copé

Previous article

Pfizer et BioNTech s’engagent à fournir à l’UE quatre millions de doses supplémentaires de vaccin d’ici à la fin mars

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Justice